Equilibre acido-basique : Pour une santé optimale

 

Le concept de l’équilibre acido-basique a été porté sur le devant de la scène par le Dr Kousmine, mais avant elle le Dr Carton et le Dr Jentschura s’y étaient intéressés. Pour les naturopathes, cet équilibre est nécessaire à une bonne hygiène vitale .

 

Notre alimentation moderne est trop protéinée, trop sucrée, donc acidifiante. De plus l’absence d’activité physique et l’ augmentation de la sédentarité, empêchant d’éliminer les acidités nous aboutissons à des désordres.

Le déséquilibre acido-basique provoque des troubles métaboliques plus ou moins graves pouvant aboutir à des maladies chroniques qui altèrent le potentiel vital.

 

L’acidose sanguine est une urgence vitale. Le Ph sanguin est stable, légèrement alcalin entre 7,35 et 7,42. Afin de prévenir des variations trop importantes de ces valeurs l’organisme utilise des systèmes tampons. Ces systèmes sont : les reins qui évacuent les acides forts issus de la dégradation des protéines et les poumons qui prennent en charges les acides faibles dont le CO2 produit par le métabolisme cellulaire.

Pour neutraliser ces acides aux moyens de sels minéraux, l’organisme va se servir en priorité  du calcium contenu dans les ongles, les os, les dents, le cuir chevelu. 

 

Avec l’âge, les réserves minérales s’amenuisent et finissent par entrainer une acidification plus importante de l’organisme. Le vieillissement pourrait donc être une intoxication permanente causée par ces déchets acides non évacués.

 

Notre nourriture actuelle apporte 80 à 90% d’aliments acidifiants alors que pour être dans un processus physiologique neutre nous devrions consommer 80% d’aliments alcalinisants pour 20% d’aliments acidifiants.

La cause de ce déséquilibre est à chercher dans la consommation régulière d’ aliments appauvris en sels minéraux car trop raffinés, la carence ou la faible consommation de fruits et légumes, l’excès de consommation de viande, de charcuterie, d’ oeufs et de produits laitiers fortement acidifiants. Il peut aussi être dû à l’excès de consommation de sodas, café, thé, et de boissons sucrées, édulcorées ou pas.

 

Autre facteur à ne pas sous estimer: l’impact du conjoncturel sur le corps et tout particulièrement les mécanismes d’auto défense générés par l’organisme lorsqu’il traverse des longues périodes de stress. Le stress est un des grands  pourvoyeur d’acidité.

 

Et pour finir la sédentarité qui joue aussi un rôle important dans l’acidification de l’organisme puisque les acides ne sont plus éliminés naturellement par les poumons. Pour une élimination optimale des acides contenus dans l’organisme, la pratique physique régulière, journalière ainsi que la gestion des stress sont des éléments importants .

 

Le corps est toujours à la recherche de son équilibre interne. Afin d’assurer un bon fonctionnement de tous ses organes, de sa production hormonale, de sa production enzymatique, l’organisme  doit maintenir une température de 37 ° et un Ph sanguin stable entre 7,35 et 7,42.

La production d’énergie de nos cellules dégage du CO2,  les autres acides proviennent soit directement de la nourriture, soit de la transformation de cette dernière.

 

l’urine a un Ph qui peut varier de 4 chez une personne malade à 8 chez le nouveau né, la raison est essentiellement due au fait que le bébé a baigné pendant 9 mois dans le liquide amniotique qui a un Ph supérieur à 8.

Afin de valider un terrain acide, la mesure du PH à l’aide de bandelette doit se faire sur plusieurs jours, toujours à des moments précis qui sont: le matin, le midi avant le repas, et le soir avant le diner.

En fonction des différents Ph  collectés, il va être possible de définir quelle est la stratégie naturopathique la plus adaptée au sujet pour favoriser le retour à l’équilibre acido-basique .

 

Dans le cadre des cures de détoxication et de revitalisation , le naturopathe va travailler sur l’alimentation, en préconisant des aliments alcalinisants, et favoriser les bonnes associations alimentaires, tout particulièrement celles qui ne génèrent pas d’acidité excessive.

Un élément important, mais souvent méconnu,  l’influence du mode de cuisson, il convient de privilégier une cuisson  qui préserve les vitamines, qui ne dénature pas les minéraux contenus dans les aliments pour préserver tout le potentiel alcalin qu’ils renferment.

 

Bien entendu, il est possible de compenser ces carences par le biais d’apports sous forme de compléments alimentaires basifiants. Ces sources de compléments doivent êtres choisies en fonction de la situation de vie et des besoins du sujet afin qu’il puisse bénéficier pleinement de leur efficacité comme par exemple à l’adolescence, lors d’une grossesse, au moment de la ménopause, dans le cas d’ostéoporose, ou encore si le sujet est soumis à une activité sportive intense.

 Florence SERNA

Naturopathe à Paris

www.cabinetnaturopathe.com